Quelles assurances pour votre entreprise ?

Dès sa création, une entreprise est amenée à faire face à des difficultés qui peuvent ralentir son activité ou même conduire à sa dissolution. Certains risques encourus sont communs à toutes les sociétés, tandis que d’autres sont spécifiques à certains secteurs. Quoi qu’il en soit, il s’avère primordial de souscrire une assurance afin d’éviter tout problème pouvant interférer dans la prospérité de l’établissement.

Quelles sont les assurances pour entreprise non obligatoires ?

Il existe de nombreuses assurances non obligatoires pour les entreprises. Les voici.

L’assurance-crédit

Elle est destinée aux entreprises de toutes tailles. L’assurance-crédit offre une couverture sur les créances commerciales et les risques de défaillance de paiement des clients. Grâce à cette formule, il est possible de mettre en place un service de recouvrement précontentieux et contentieux. L’indemnisation de la société sera ainsi envisageable si le remboursement échoue. Vous pouvez vous tourner vers Assurance-credit-entreprise.fr ou tout autre comparateur d’assurances-crédit pour en savoir plus sur l’assurance-crédit et découvrir celle qui sera la plus adaptée à votre entreprise.

L’assurance perte d’exploitation ou perte de bénéfices

Cette assurance permet de compenser les effets de la diminution du chiffre d’affaires et de faire face aux charges fixes de l’entreprise. Elle offre également la possibilité de faire face à la baisse des résultats de la société. Cela est possible notamment en couvrant les frais généraux permanents. Elle aide aussi à supporter d’autres dépenses supplémentaires occasionnées par le sinistre.

L’assurance spéciale dirigeant d’entreprise

Elle fonctionne comme une assurance vie. L’entreprise est en revanche à la fois le souscripteur et le bénéficiaire, alors que le dirigeant est l’assuré. Cette garantie intervient pour protéger la société en cas d’incapacité de travail ou de décès du dirigeant. Elle couvre les risques et permet à l’établissement de disposer de fonds nécessaires pour continuer à exercer son activité.

L’assurance hospitalisation

Votre collaborateur est généralement tenu de payer un montant considérable lors d’une hospitalisation. Fort heureusement, il existe une assurance qui rembourse les frais médicaux liés à cette dernière. Cette garantie figure parmi les avantages extra-légaux susceptibles d’être proposés. Il s’agit alors d’un petit plus que vous pouvez utiliser pour motiver vos salariés. Souscrire cette assurance présente également d’autres bénéfices. Vous n’avez pas à payer de cotisations ONSS ni d’impôts sur les primes, qui ne sont en effet pas considérées comme un salaire. Il est donc préférable de proposer à vos collaborateurs une assurance hospitalisation plutôt qu’une augmentation de revenus.

L’assurance groupe

Cette assurance garantit une pension extra-légale aux collaborateurs. Il s’agit par ailleurs d’un contrat que l’employeur signe spécialement pour ces derniers. Le dirigeant économise ainsi pour la pension complémentaire de ses salariés.

La cyber assurance

Elle protège votre entreprise contre les risques informatiques et les cyberattaques. La cyber assurance permet de maintenir un niveau de sécurité optimal et une certaine stabilité financière. Elle couvre ainsi les conséquences monétaires liées à la perte de données numériques et les dommages réclamés par un tiers. Même si elle est facultative, cette assurance s’avère indispensable dans le cas où votre société traiterait des informations virtuelles sensibles.

L’assurance risque environnemental

Elle couvre les frais liés à la responsabilité environnementale des entreprises. Votre société pourra ainsi bénéficier d’une protection si ses activités entraînent des préjudices à la nature. La prise en charge concerne en particulier les dépenses engendrées par les dégâts environnementaux causés de manière directe ou non. Il peut s’agir de détérioration des eaux, des sols, des espèces et des habitats naturels protégés. Les coûts de prévention destinés à préserver l’environnement d’éventuels dommages écologiques provoqués par la structure sont également concernés. Il en va de même pour les frais d’urgence en cas de situation non anticipée.

L’assurance multirisque professionnelle

Cette assurance prend en charge le mobilier et/ou le matériel informatique ainsi que les bâtiments de l’entreprise en cas de sinistre. Les locaux professionnels sont aussi couverts en cas d’incendie, de dégâts des eaux, etc.

Quelles assurances sont obligatoires pour les entreprises ?

Toutes les entreprises sont contraintes de souscrire certaines assurances, qui sont les suivantes.

L’assurance professionnelle automobile

Au même titre que les particuliers, il est indispensable de souscrire une assurance automobile si vous possédez des voitures nécessaires à votre activité. Cette assurance est utile en cas de préjudice causé par les véhicules de l’entreprise à des tiers. Elle s’applique également en cas de vol, de dégradation ou de dommages occasionnés aux automobiles de la société. Les établissements qui évoluent dans le transport de marchandises ou de personnes sont les plus concernés par cette assurance, tout comme les commerces ambulants.

La couverture des accidents et des maladies du travail

Cette assurance ne dépend pas du nombre de collaborateurs qui œuvrent au sein de votre entreprise. Elle couvre les accidents de travail pouvant se produire durant les heures d’exécution des tâches et pendant le trajet lors des déplacements. Sont assurés les frais médicaux et paramédicaux ainsi que les revenus de remplacement si un arrêt ou une inaptitude de travail survient. Les rentes aux ayants droit en cas de décès et d’autres éléments figurent aussi dans cette catégorie.

La retraite complémentaire des salariés

Les salariés d’une entreprise peuvent relever du régime général de la sécurité sociale. Si tel est le cas de votre société, elle est tenue d’adhérer à un protocole de retraite complémentaire selon la convention collective.

La couverture des protections complémentaires

Cette formule est obligatoire dans l’intérêt des salariés. Il s’agit notamment de souscrire un régime de remboursement complémentaire des frais de santé (mutuelle), choisi par l’entreprise. La participation à la cotisation est d’au moins 50 %, mais un panier de garanties minimales doit être disponible. De plus, il s’agit de souscrire un régime de prévoyance collective pour les cadres ou pour les assimilés. Il est possible de rendre cela applicable à tous les salariés grâce aux conventions collectives. La majorité des entreprises l’étendent par ailleurs à l’ensemble des collaborateurs.

Toutes les entreprises doivent-elles être assurées ?

Dans la majorité des cas, il n’est pas obligatoire de s’assurer lorsque l’on crée une entreprise. Il existe cependant des exceptions pour les sociétés de certains secteurs d’activités tels que les métiers réglementés. Ils sont contraints de souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle. Parmi les professionnels concernés, on retrouve :

  • les médecins,
  • les sages-femmes,
  • les infirmiers,
  • les dentistes,
  • les huissiers,
  • les avocats,
  • les commissaires aux comptes,
  • les agents de sécurité, les agents immobiliers,
  • les agents de voyages.

Les entreprises du BTP sont, quant à elles, contraintes de souscrire une assurance décennale. Cela permet de les protéger contre les vices et malfaçons pendant une durée de 10 ans à compter de la livraison de l’ouvrage. Les établissements qui louent un local commercial, des bureaux, un entrepôt, etc. sont également tenus d’assurer le bien immobilier. Souscrire une assurance est souvent recommandé, car nul n’est à l’abri des risques. Les conséquences financières risqueraient d’être préjudiciables, voire dramatiques, pour une entreprise non assurée.

Comment trouver la bonne police d’assurance ?

Pour trouver la bonne police d’assurance, il est important de commencer par une évaluation des risques et des moyens de contrôle. Pour cela, un audit est nécessaire en prenant en compte la probabilité de survenance des menaces et les impacts en cas d’apparition. Il est ensuite essentiel de choisir la bonne police d’assurance en considérant la valeur du plafond de garantie, c’est-à-dire la limitation du seuil d’indemnisation.

De plus, il est important de tenir compte de la franchise ou du montant restant à charge. Cela peut parfois aider à baisser grandement le coût de l’indemnité. Vérifiez aussi les activités assurées, qui doivent correspondre à celles de votre entreprise. En cas de vente à l’étranger, il faut que l’étendue géographique de la police convienne à l’ensemble des zones couvertes.