Performance énergétique : un enjeu pour les collectivités

La France s’est fixé pour objectif de réduire sa consommation d’énergie de 50 % d’ici 2050. Si la révolution est fortement en marche au niveau gouvernemental (nouvelles réglementations sur l’énergie, mise en place de dispositifs d’aides à la rénovation, etc.), au niveau territorial, le rêve met plus de temps à se concrétiser. En effet, la responsabilité de parvenir à une efficacité énergétique dans les communes incombe en partie aux collectivités. Ces dernières mettent à disposition des populations plusieurs infrastructures publiques qui représentent un pôle non négligeable de dépenses énergétiques. En raison des obligations qui sont les leurs et des nouveaux rôles qui leur ont été assignés, la performance énergétique attendue au niveau territorial puis national devient un véritable enjeu pour les élus locaux.

La performance énergétique, un challenge de taille pour les collectivités

Depuis 2005, les compétences des collectivités sont constamment renforcées afin de les préparer à remplir des obligations plus larges sur leur territoire.

Aujourd’hui, leur rôle de service public est plus important. Dans un contexte de projet énergétique décentralisé, les élus locaux doivent intégrer des dispositifs réglementaires mis en place par l’État qui les obligent à trouver des solutions conduisant à une énergie plus sobre et à des aménagements territoriaux durables. D’ailleurs, même les populations comptent sur eux pour réduire l’impact de l’énergie sur l’environnement. Environ 9 personnes sur 10 sont d’avis que les collectivités doivent jouer un rôle important en ce qui concerne la transition énergétique.

Ainsi, la performance énergétique des territoires est un enjeu de taille pour ces responsables, surtout lorsque l’on considère les ressources qui leur sont allouées et l’impact non négligeable des bâtiments et aménagements publics sur la consommation énergétique du territoire. Heureusement, de plus en plus d’entreprises déploient des solutions pour accompagner les collectivités dans le processus de transition énergétique. Par exemple, comme recommandé sur deltaconso-expert.fr, un logiciel de gestion de l’énergie permettra d’évaluer et de suivre les coûts énergétiques d’une structure ou d’un ensemble de structures donné. On peut aussi parler de certaines entreprises qui offrent aux élus des communes un accompagnement sur mesure, de l’étude des besoins jusqu’à l’optimisation complète de leurs pôles de dépenses énergétiques.

Les défis de la performance énergétique pour les collectivités territoriales

Pour parvenir à une véritable transition énergétique, les collectivités doivent relever plusieurs défis tant dans l’intérêt de la population, de l’environnement, que de leur propre intérêt. Car réduire les budgets alloués aux dépenses énergétiques des infrastructures publiques leur permet de faire de réelles économies d’argent qu’elles pourront utiliser dans d’autres domaines. Mais avant cela, il va falloir trouver le moyen de faire un audit énergétique, de mobiliser les fonds pour les rénovations, de suivre les consommations énergétiques, d’entretenir le parc énergétique, et de sensibiliser les travailleurs et les populations.

L’audit énergétique des territoires

Il s’agit d’un état des lieux des performances des infrastructures publiques du territoire. Il permet de déterminer avec précision les pôles énergivores et de quantifier les dépenses. L’audit est un outil d’aide à la décision. Grâce à lui, les collectivités peuvent déterminer les solutions adaptées pour atteindre leurs objectifs. Le défi est donc de réussir à analyser toutes les infrastructures qui relèvent de leurs juridictions et de déterminer exactement leur contribution dans les dépenses énergétiques totales du territoire. Ainsi, les responsables pourront identifier les actions les plus urgentes, celles à déléguer, les fonds à mobiliser, etc.

La mobilisation de budget pour l’efficience énergétique

Un autre défi important à relever par les collectivités est la mobilisation de fonds pour assurer la transition énergétique. La méthode d’appel à projets est celle à laquelle on pense en premier, mais elle comporte des biais. Les petites communes ne sont pas toujours avantagées. Les collectivités ne peuvent pas vraiment compter sur les taxes perçues auprès de la population, car cet argent doit être alloué à d’autres besoins.

La recherche de compétences en ingénierie énergétique

L’ingénierie énergétique est un métier dans lequel des entreprises ou des indépendants sont capables de produire une énergie propre. Les ingénieurs en énergie possèdent les compétences nécessaires pour réduire la consommation d’énergie et la recycler. Ils proposent des stratégies permettant la diminution des émissions polluantes d’une infrastructure, d’une entreprise, d’un bâtiment, etc. Les élus locaux n’ayant pas les compétences pour amorcer la transition énergétique, il leur faut trouver des entreprises qui en sont capables. Une tâche qui s’avère parfois difficile, surtout sur les petits territoires.

Les solutions énergétiques qui s’offrent aux collectivités

Pour pallier l’obstacle du financement, les collectivités peuvent compter sur différents dispositifs de financement. L’ADEME, l’agence de la transition écologique, octroie des financements aux collectivités éligibles et les accompagnent même dans le processus d’obtention d’autres financements comme ceux de l’ANRU, de la Caisse des dépôts ou encore les financements Oseo, etc.

Sur un autre plan, les collectivités peuvent désormais utiliser de nouveaux outils disponibles sur le marché pour suivre les performances énergétiques des infrastructures publiques. Cette démarche répond en tout point aux problèmes de monitoring de l’énergie qui se pose sur les territoires. Les responsables doivent nécessairement collecter des données relatives à la consommation d’énergie avant de mettre en place des plans d’action.

Ils peuvent aussi se munir d’un logiciel de gestion de consommation. Ce dernier permet de réduire les factures et donc les émissions polluantes. Il est spécialement conçu pour les collectivités et est particulièrement efficace. Il permet en effet de visualiser facilement les données relatives à l’empreinte carbone et à la performance énergétique. Il aide aussi à suivre l’évolution de la consommation et à anticiper les dépenses en énergie. Il peut aussi être utilisé pour effectuer des comparaisons de consommations entre différentes périodes. Il s’agit donc d’un outil complet qui, lorsqu’il est bien piloté, conduit vers des résultats probants.

En ce qui concerne les capacités des collectivités à piloter de tels projets, il est désormais possible pour elles de se faire accompagner par des entreprises spécialisées jusqu’à l’atteinte des objectifs. Elles sont présentes depuis l’étape d’audit à celles de mise en place des projets de rénovation et de réduction de la consommation énergétique, en passant par la mobilisation de financement.

Grâce à toutes ces solutions, la révolution peut être amorcée plus sereinement dans les territoires français. Cependant, l’enjeu est toujours aussi important. Il s’agit de travaux de longue haleine qui vont s’étendre sur des années. Beaucoup d’obstacles seront à franchir. Sans oublier que les collectivités doivent aussi investir dans d’autres obligations. Il serait judicieux pour elles de mettre les populations et les salariés des services publics à contribution afin qu’ensemble ils puissent relever les défis et parvenir à une meilleure performance énergétique d’ici 2050.