Nos appareils électroniques sont-ils voués à devenir obsolètes ?

Un iPhone qui se détraque après 3 ans, une imprimante qui s’arrête net après plus de deux ans, un écran plat qui rend l’âme trop rapidement à votre goût. Le phénomène dit de l’obsolescence programmée concerne presque tous les appareils électroniques. La question qui se pose est donc : ces équipements sont-ils destinés à devenir obsolètes très rapidement ? Existe-t-il un moyen de combattre ce fléau ?

L’obsolescence programmée, une pratique généralisée… et ancienne

 

Derrière le terme assez barbare d’obsolescence programmée se cache un véritable processus adopté par presque tous les fabricants d’équipements électroniques. L’idée derrière ce fléau est très simple : produire des appareils à la durée de vie raccourcie et inciter ainsi les consommateurs à acheter un modèle neuf après quelques années seulement.

Il faut dire que cette pratique touche presque toute l’industrie des nouvelles technologies, depuis les fabricants d’ordinateurs portables jusqu’aux producteurs d’imprimantes, d’écrans plats, de smartphones, de tablettes et autres lave-linges.

L’UFC-Que Choisir avance, par exemple, que la durée de vie des écrans plats dépasse rarement 8 ans, avec un taux de panne qui s’élève à 34 % dès la quatrième année d’utilisation. Les imprimantes grand public, de leur côté, peuvent tomber en panne sèche après trois ans seulement.

Sans parler des marques comme Apple qui introduisent régulièrement des innovations technologiques exclusives, qui rendent obsolètes les précédentes versions qu’elle a crées elle-même.

L’adoption de l’obsolescence programmée comme stratégie industrielle n’est pas nouvelle. Dès 1924, de grands groupes comme Osram, General Electric et Philips se sont entendus pour limiter la durée de vie des ampoules à incandescence à 1000 heures.

Leur but ? Pousser les consommateurs à acheter de nouvelles ampoules et soutenir ainsi leurs ventes et leurs production. Même si l’entente entre ces trois géants a été découverte et dénoncée en justice en 1942, la durée de vie des ampoules n’est jamais remontée. Ce précédent a inspiré d’autres industriels au fil des années.

L’obsolescence programmée, une pratique compréhensible ou répréhensible ?

 

Face à l’obsolescence programmée, les consommateurs ont des avis partagés. Certains considèrent bien faire en achetant de nouveaux produits tous les 3 ou 4 ans, pour réaffirmer leur appartenance à une communauté ou leur fidélité à une marque, pour se conformer aux technologies les plus récentes ou pour bénéficier d’un appareil plus performant et à la mode.

D’autres fustigent l’attitude des fabricants d’équipements électroniques, mais ne peuvent pourtant pas s’empêcher d’alimenter le phénomène en changeant de téléphone, ordinateur ou tablette à la première panne venue. L’esprit consumériste solidement ancré dans leurs habitudes n’y est pas étranger. Puis, il y a ceux qui luttent contre l’obsolescence programmée avec des mots et des actes.

Combattre l’obsolescence programmée avec de gestes simples

 

Même si les statistiques disent le contraire, il est bel et bien possible de prolonger la durée de vie d’un appareil électronique avec des gestes simples. Et sur ce point, rien de telle qu’un bon rituel d’entretien tout au long de son utilisation.

Nettoyer les disques durs, les carte-mères et autres coques ne suffit pas. Les systèmes intégrés, les logiciels et toute la panoplie « software » méritent également une maintenance régulière et adaptée. Les mises à jour, le nettoyage des fichiers inutiles, la suppression de registres encombrants et la réparation de processus défaillants sont autant d’actions simples qui maintiennent les performances de l’appareil à un niveau élevé et limitent les risques de pannes.

A chaque fois que vous effectuez ces tâches de maintenance, par exemple sur votre MacBook, vous lui donnez un coup de neuf et optimisez le bon fonctionnement de ses disques durs, de ses processeurs et autres périphériques. Toujours sur un Mac, l’utilisation de logiciels d’entretien et de monitoring comme Ccleaner, Malwarebytes Anti-Malware, AppCleaner s’avère indispensable, visitez le site suivant pour en savoir plus sur l’optimisation de la vitesse de votre Mac.

Au cas où l’ordinateur tombe en panne, sachez qu’il existe des ateliers spécialisés qui proposent de réparer des appareils Apple à des prix raisonnables. La légende selon laquelle les équipements de la firme de feu Steve Jobs sont irréparables est donc fausse.

L’exemple ci-dessus parle seulement du MacBook et des autres appareils Apple. Ces mêmes conseils s’appliquent pourtant à tous les autres appareils électroniques, peu importe la marque, dont vous souhaitez prolonger la durée de vie.

Connaître les gestes efficaces contre l’obsolescence programmée est une chose, les adopter en est une autre. La première étape de la lutte contre ce fléau consiste donc à trouver le bon état d’esprit et chercher la bonne motivation pour ne plus tomber dans le piège de ces appareils condamnés à mourir trop vite.

Déjà, il faut supprimer toute pensée qui affirme que ces équipements sont vraiment « condamnés » à rendre l’âme après quelques années. Penser à l’impact environnemental de tous ces déchets électroniques peut être aussi une grande source de motivation.