Logistique : pourquoi le secteur a changé avec la crise ?

L’un des secteurs ayant le plus subit de changements avec la crise sanitaire est celui de la logistique. Tout comme dans les années 70 avec la crise qui marquait la fin des Trente Glorieuses, celle de 2019 a induit des changements profonds dans le fonctionnement et la dynamique de la supply chain. Les raisons sont multiples, mais elles se résument toutes à un fait incontestable : les entreprises se retrouvent dans l’obligation d’économiser sur les coûts tout en veillant à maintenir, voire augmenter leurs revenus. Une concurrence s’installe donc entre elles. Cette compétitivité porte sur la réduction des dépenses au moment de mettre les produits à disposition des clients et donc obligatoirement sur l’efficacité de la chaîne d’approvisionnement et de distribution. Alors, comment le secteur de la logistique s’est profondément modifié en raison de la crise sanitaire ?

La logistique : un secteur sensible aux crises

La logistique est un domaine très sensible aux crises économiques du fait des changements observés dans le comportement des entreprises et des consommateurs. D’une part, nous avons des sociétés obligées de faire face à :

  • une baisse générale du pouvoir d’achat,
  • des problèmes internes (réduction de personnel, problème de trésorerie, etc.),
  • une obligation de maintenir à flot le système d’approvisionnement bien que la distribution reste incertaine,
  • une obligation de trouver des solutions astucieuses, innovantes et originales pour accroître la satisfaction du client malgré la crise.

D’autre part, nous avons des consommateurs obligés de revoir leurs priorités, mais aussi leurs budgets et habitudes de dépenses. Certains clients recherchent plus que jamais la satisfaction lors des achats, la compréhension et la loyauté des marques. D’autres s’attendent à ce que les entreprises agissent sur leurs prix et sur la qualité de leurs services et pour ça, ils n’hésitent pas à faire jouer plus farouchement la concurrence.

Toutes ces modifications ont un impact direct sur la logistique. Les entreprises sont dans l’obligation de réduire les coûts de distribution, de rendre la supply chain plus efficace pour répondre aux besoins de la clientèle et obtenir un avantage significatif par rapport aux concurrents. Évidemment, il s’agit d’un gros défi qu’elles ne peuvent relever toutes seules.

Heureusement, il existe aujourd’hui des solutions adaptées ou encore des entreprises de logistique aux solutions innovantes qui offrent des alternatives intéressantes et surtout 100 % personnalisées. Si vous cherchez une plateforme logistique en France avec laquelle travailler, veillez à ce qu’elle propose des services de maintenance et de transport pour faciliter encore plus vos processus.

Dans le contexte qui nous intéresse à savoir la crise sanitaire due à la Covid-19, la situation est plus complexe que lors d’une simple crise économique. En effet, aux problèmes cités ci-dessus s’ajoutent les restrictions sanitaires qui viennent contraindre un peu plus les entreprises, mais aussi les acheteurs. Ces dernières années, les chaînes d’approvisionnement sont devenues assez hétérogènes. Les fournisseurs qui composent la même chaîne sont éloignés et interagissent depuis des pays différents, voire des continents différents. Ceci est possible grâce à l’interconnexion facilitée par internet et aux nouvelles technologies apparues dans le transport et la logistique.

Malheureusement, la Covid-19 a obligé les pays à fermer leurs frontières. Ainsi, non seulement les entreprises se retrouvent obligées de réduire leurs coûts, mais pour y parvenir, elles sont tenues de se tourner vers des entreprises locales ou fournisseurs locaux avec qui elles n’ont peut-être jamais eu à travailler. De plus, il ne faut pas oublier que les exigences sanitaires touchent également les entrepôts. Il faut faire deux fois plus attention, rendre des comptes, intégrer des systèmes dont on n’a jamais eu besoin jusque-là, augmentant ainsi les coûts au lieu de les réduire.

Il est donc indéniable que le secteur de la logistique est par essence très sensible aux crises. Il était donc inévitable que des changements s’opèrent avec celle que nous avons vécue et que nous continuons de vivre. Dans ce cas, avec le caractère peu orthodoxe de la crise, il est possible de relever d’autres éléments qui expliquent les changements dans le secteur.

Une demande qui a battu des records

La pandémie de la Covid-19 a profondément affecté les acteurs et les moyens logistiques. Cependant, un élément assez inhabituel et même paradoxal qui explique cette situation est la forte demande de la part des consommateurs. En France, les habitants ont vécu une situation qu’ils n’avaient jamais affrontée. Ils ont été obligés pendant des mois de rester chez eux. Des sondages effectués ont révélé que cette contrainte, et surtout (à l’époque) l’incertitude que cette crise a provoquée, a multiplié la demande de certains produits, notamment ceux de première nécessité et les produits alimentaires.

Certains secteurs se sont retrouvés projetés au-devant de la scène avec des marchés où l’offre restait stable ou baissait (en raison du confinement et des contraintes sanitaires) pendant que la demande, elle, atteignait des valeurs records. Le besoin de répondre à cette forte demande a bien sûr obligé les entreprises à prendre des mesures qui ont changé le fonctionnement logistique.

Une augmentation du volume des flux logistiques

Ce facteur de changement n’est rien d’autre que la résultante du premier. Puisque la demande est élevée, les entreprises sont obligées de booster les différents processus de production. Cette action a eu un impact non négligeable sur les flux internes et externes dont le volume s’est accru. Les matières premières devaient circuler deux fois plus vite et étaient deux fois plus nombreuses. Le réseau de fabrication était lui aussi compliqué, car les commandes venaient de partout.

Le constat était le même pour la chaîne des opérations. Par conséquent, les flux d’approvisionnement et de distribution ont eux aussi augmenté. Le tout dans un contexte où les temps de réaction et d’adaptation étaient de plus en plus courts. De plus, les entreprises se devaient de réduire leurs délais pour satisfaire la clientèle. Ici, encore la seule solution était de revoir les processus et d’innover.

Un nouveau processus de distribution

En réalité, il ne s’agit pas d’un nouveau processus, mais plutôt d’un processus revisité. Les entreprises ont de tout temps eu recours à la livraison à domicile. En général, elle était utilisée pour les produits qu’il n’était pas facile de transporter (literie, meuble, appareils électroménagers, etc.) ou pour les produits issus de la restauration (livraison de repas). Cependant, avec l’obligation de confinement, tous les produits (ou presque) font désormais l’objet de livraison à domicile.

Les sites de e-commerce n’ont fait qu’accentuer la tendance. Les gens ont pris l’habitude de commander tout type d’articles en ligne et de les faire livrer chez eux. Bien entendu, cette nouvelle habitude a fait naître des contraintes au niveau des entreprises. Il fallait désormais accorder une attention particulière à la distribution qui ne se faisait plus sur les points de vente. Très vite, la nécessité de réduire voire de faire disparaitre les stocks s’est fait ressentir. En vérité, il était inutile de stocker des produits si l’on pouvait désormais les envoyer directement de l’usine au consommateur. La relation avec les fournisseurs et les distributeurs a changé et tout cela n’a fait que transformer encore plus le secteur de la logistique.

Des failles du système d’approvisionnement révélées

Avec la crise, la logistique a laissé entrevoir des problèmes qui minaient les opérations, mais qui n’étaient pas vraiment pris en compte. Par exemple, dans certains domaines, les entreprises étaient extrêmement dépendantes du personnel temporaire (saisonnier) ce qui les exposait à des risques de pénuries ou d’arrêt du travail (et donc de rupture dans la chaîne d’approvisionnement). L’obligation de confinement a révélé cette faille, obligeant les acteurs à repenser le système.

Il est également possible de mentionner la grande dépendance des industries vis-à-vis des acteurs de grand import. Il s’agit d’une véritable problématique que soulève l’activité des industries françaises. À cause de la crise, elle s’est faite plus pressante obligeant les acteurs à porter une attention particulière à la gestion des risques au sein de la supply chain.

Pour finir, la mauvaise gestion de flux tendus était un fait indéniable qui avait un impact négatif sur la capacité de l’entreprise à répondre aux demandes. La pandémie a fait ressortir la nécessité de considérer l’inventaire des fournisseurs dans leur ensemble afin de prévoir avec plus de précision s’il est possible ou non de répondre à la demande des clients.

L’apparition de nouveaux acteurs logistiques

Les besoins des entreprises ont fait naître des acteurs qui ne faisaient pas partie du monde logistique. Il s’agit par exemple des plateformes logistiques qui sont venues remplacer en quelque sorte les entrepôts. Ce sont des lieux qui recensent toutes les marchandises provenant de différents fournisseurs afin d’en assurer la gestion, le traitement, et l’acheminement. L’avènement de ces acteurs pendant la crise a beaucoup changé le secteur de la logistique.

En effet, ils proposent à leurs clients d’exécuter pour eux une grande quantité d’opérations. Ils s’occupent de la gestion des stocks (ceux entrants et ceux sortants), du traitement des commandes, du suivi de l’acheminement des marchandises, de leur traçabilité, mais aussi du contrôle qualité.

Tout cela représente des avantages non négligeables et de véritables solutions au vu des circonstances actuelles. Les entreprises pouvaient profiter de services logistiques rapides et efficaces. Elles pouvaient résoudre le problème de l’absence de certains maillons de la chaîne en raison des restrictions dues à la pandémie et surtout, elles pouvaient continuer à satisfaire leur clientèle. Faire appel à des plateformes logistiques améliore la fluidité des flux. Grâce à ce service, les entreprises sont désormais capables de traiter de plus gros volumes (ce qui tombait à pic avec la forte demande) et de livrer leurs produits plus rapidement.

Les plateformes logistiques ont également fait ressortir la question de l’externalisation des flux. Bien sûr, externaliser sa logistique n’est pas un phénomène nouveau. Depuis plusieurs années, les entreprises ont recours à des entreprises spécialisées qui leur proposent de s’occuper de la gestion et du transfert des stocks. Cependant, avec la crise, l’externalisation des flux s’est renforcée et les termes comme flexibilité et omnicanalité ont fait leur apparition dans l’équation. Les besoins particuliers qui sont nés de la crise ont modifié le système d’externalisation des flux en induisant des services moins rigides avec des particularités adaptées aux besoins des entreprises.

Au vu de tous ces points, on peut dire sans hésiter que l’apparition des nouveaux acteurs a permis aux sociétés pourtant désemparées par la crise d’améliorer leur productivité et de faire plus de profits. Aujourd’hui, ils font entièrement partie de la vie logistique, changeant profondément le système traditionnel mis en place.

De nouvelles solutions de maintenance sont apparues

Comme avec les acteurs, des solutions de maintenance à distance ont vu le jour et ont changé l’image de ce domaine dans la logistique. Il faut comprendre qu’avec la crise, les usines ont dû faire face à des défis sérieux : arriver à assurer la maintenance des équipements logistiques malgré le confinement. Comme nous le savons, l’obligation de déserter les entrepôts et locaux professionnels n’a pas empêché que la production se poursuive à des niveaux soutenus. Dans ce cas, comment assurer le bon fonctionnement des machines si les solutions traditionnelles ne sont plus valables ? En déployant des solutions de maintenance à distance.

Ce qui a commencé comme une contrainte a très vite été adopté même après le confinement en raison des nombreux avantages que présentent ces solutions. On parle désormais de télémaintenance. Elle offre la possibilité aux techniciens d’entretenir les appareils ou les machines sans être à proximité de ceux-ci. Les avantages de cette pratique sont nombreux. Entre autres, elle permet de réduire les coûts liés à la maintenance, de mieux manager les ressources disponibles et aussi de faciliter le suivi qui se fait à distance. Grâce aux outils de maintenance intelligente et aux technologies comme la réalité augmentée, les techniciens peuvent prévoir, détecter et résoudre les problèmes plus rapidement.

La télémaintenance a révolutionné le secteur de la logistique, non seulement grâce à sa fonction, mais aussi grâce à ce qu’elle représente : la possibilité d’associer des outils innovants et hautement technologiques aux systèmes logistiques. Elle a donc facilité l’adoption massive d’outils qui jusque-là étaient timidement introduits dans le secteur.